Yann Rocherieux, la voile depuis les bancs de l’école aux bancs des JO.

Habitant la commune de Veigy à l’issu du cycle voile et avec quelques copains de classe, ils sont retournés au club de Sciez pour continuer à naviguer.

Licencié au Cercle Nautique de Sciez de 1995 à 2017, le parcours de Yann est impressionnant.

« La semaine voile à l’école avait été géniale, il y avait une très bonne ambiance à la base nautique et avec 10 copains on est retourné naviguer. Quatre d’entre nous avons fait par la suite de la compétition.
Pourtant au début, je n’étais pas très compétition, ce qui me plaisait c’était que chaque semaine on essayait un nouveau support. 

Puis, tout s’est accéléré après avoir été sélectionné presque par hasard à un championnat de France : sport-étude, championnats, entrée en équipe de France en 2002. Je navigue alors avec un coéquipier, à bord d’un dériveur, un 49er. Remplaçants pour les Jeux Olympiques d’Athènes 2004, on est ensuite sélectionné pour les JO de Pékin en 2008 où l’on se classe 10ème.
En 2012, je suis champion d’Europe avec un nouveau coéquipier. J’ai navigué avec l’Equipe de France jusqu’en 2016 avant de décider d’arrêter le haut niveau. »

En parralèle de son parcours de sportif de haut niveau, Yann a été diplômé de l’INSA Lyon.

Ingénieur en matériaux, il a découvert Virtual Expo Group lors d’un stage, qui s’est déroulé sur NauticExpo.
Virtual Expo Group a accepté de signer la convention pour l’insertion professionnelle des sportifs de haut niveau. Cette convention permet d’avoir un pied dans le monde de l’entreprise tout en poursuivant parallèlement une carrière sportive.
Aujourd’hui, il évolue au sein de la société et occupe des fonctions managériales avec l’équipe traduction et le pôle qualité-formation.

« Pour moi, c’était important d’avoir un projet professionnel qui puisse prendre le relais de ma carrière sportive. Lorsqu’on fait carrière dans le sport, on est face à de nombreuses incertitudes : il y a des hauts, des bas, le risque de blessures… Il est difficile de vivre uniquement de la pratique professionnelle de la voile.
A mon arrivée, je travaillais à mi-temps pour Virtual Expo Group. C’était vraiment un équilibre qui m’a permis de passer 8 ans dans de bonnes conditions d’entraînement tout en continuant à acquérir des compétences au sein de la société. »

Yann vient d’être élu Vice-président de la World Sailing (Fédération Mondiale de Voile)

World Sailing est en charge de la promotion et du développement de la voile dans le monde entier, de la gestion de la voile aux Jeux Olympiques et Paralympiques et de l’élaboration des règles de course à la voile.
Le Board se compose d’un président et de 7 vice-présidents élus pour 4 ans par les 147 pays membres de World Sailing. Si le Board est une position non rémunérée, ils ont 30 employés et des bureaux basés à Londres.

Yann s’implique depuis 4 ans dans l’organisation de World Sailing, en tant que président de la Commission des Athlètes qui consiste à faire la liaison entre les athlètes de haut niveau et la Fédération Internationale.

Actuellement en poste à Marseille, et membre du pôle voile de Marseille, Yann décide de s’impliquer encore plus au sein de World Sailing notamment en vue des Jeux Olympiques de Paris 2024. A seulement 37 ans, il vient ainsi d’être élu Vice-Président de World Sailing pour les 4 prochaines années.

« Ce job bénévole de directeur me permet de contribuer à la mise en valeur de ce sport qui m’a tant apporté et aussi d’apprendre beaucoup au contact des autres directeurs qui ont souvent des carrières professionnelles impressionnantes. De par mon cursus, je serai très impliqué dans tous les projets qui touchent de près les Jeux Olympiques. Et, dans 4 ans, pour Paris 2024, la voile c’est à Marseille ! »

Ainsi, d’un cycle voile à l’école au milieu des montagnes sur le lac Léman, Yann est aujourd’hui vice-président de la fédération internationale de voile et continu bien sûr de naviguer dès qu’il le peut !